La Première guerre mondiale fut la dernière de la longue histoire militaire de l'Autriche, puisqu'elle entraîna la disparition de l'Autriche-Hongrie comme Etat. Cette issue a souvent été jugée inéluctable, certains diront même bénéfique, car sur un tel sujet les nationalismes se mêlent facilement à l'histoire.

Alors que le centenaire du premier conflit mondial n'a guère éveillé d'intérêt pour l'expérience de guerre austro-hongroise, il est temps de revenir sur ces quatre années d'une guerre éprouvante qui vit la double monarchie lutter sur 4 fronts, reconstituer ses armées saignées à blanc par les premiers mois de la lutte, endurer avec de plus en plus de difficultés le blocus allié et les blocages internes, subir la mise en tutelle par l'Allemagne... En définitive, après l'échec des tentatives de paix les plus abouties de toute la guerre, elle succombe moins à la défaite militaire qu'aux privations, à la dislocation sociale et à l'absence de perspective politique.

Olivier CHALINE

Olivier Chaline est professeur en histoire moderne à Sorbonne Université.

 

Il est notamment l'auteur de :

La France au XVIIIe siècle (1715-1787), Paris, Belin, 1996, 2eéd. 2005, 3eéd. 2012.

La reconquête catholique de l’Europe centrale XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Le Cerf, 1998, trad. italienne 2008.

La bataille de la Montagne blanche (8 novembre 1620). Un mystique chez les guerriers, Paris, Noésis, 1999, trad. tchèque 2013.

Le règne de Louis XIV, Paris, Flammarion, 2005, 783 p., rééd. en format poche 2009.

L’année des quatre dauphins, Paris, Flammarion, 2009, rééd. en format poche 2011.