Abritant de nombreuses représentations et institutions internationales (OCDE, Unesco),  Paris est le cadre d’une activité diplomatique intense. Elle a été la capitale de négociations célèbres aux XIXe (Traité de Paris de 1856, accords entre l’Espagne et Les Etats-Unis en 1898)  et XXe siècles, (Conférence de la Paix de 1919, accords de Paris de 1946, de 1954 et de 1973), qui illustrent la place et le rôle de la France dans le système international. Paris est aussi le cœur d’une sociabilité très active, héritée de la société de cour, qui inspire au XIXe et encore au XXe siècle les pratiques sociales et culturelles de la diplomatie. Elle lègue aussi un modèle de diplomate forgé par la tradition.      

 Bibliographie :
  • Jean-Claude Allain, Lucien Bely, Georges-Henri Soutou, Histoire de la diplomatie française, Paris, Perrin, 2005.            
  • Yves Bruley, Le Quai d’Orsay impérial, Paris, Pedone, 2012
  • Christophe Charle & Daniel Roche (dir.), Capitales culturelles, capitales symboliques, Paris et les expériences européennes XVIIIe-XXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002.
  • Christophe Charle (dir.), Capitales européennes et rayonnement culturel XVIIIe-XXe siècle, Paris, éditions Rue d’Ulm, 2004.
  • Philippe Vigier, Stéphane Rials et alii, Nouvelle histoire de Paris, Vol. 7 à 10,  Paris, Hachette, 1990.

Isabelle DASQUE

Isabelle Dasque est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Paris-Sorbonne et membre du Centre de recherche en histoire du xixe siècle.

Elle a notamment participé à des ouvrages collectifs :

" De la sociabilité des diplomates à la fin du XIXe siècle : codes et pratiques ", in J.P. Chaline (dir.), Elites et sociabilité en France. Actes du colloque, le 22 janvier 2003, Fondation Singer-Polignac, Perrin, 2003, p. 259-282 ; " Etre femme de diplomate au début du XXe siècle : pouvoir social et pouvoir d'influence ", in Yves Denéchère (Dir.), Femmes et diplomatie, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang, 2004, p. 23-41 ; " Conformisme et valorisation de soi dans la correspondance et les récits autobiographiques d'un diplomate sous la Troisième République, Auguste Gérard ", in Sylvie Mouysset, J.P. Bardet et F.J. Ruggiu (dir.), Car c'est moy que je peins : Individu et liens sociaux dans les écrits du for privé en Europe, de la fin du Moyen-Age à 1914, Toulouse, Editions Méridiennes, 2010, p. 127-141.